L'actualité de la Bande Dessinée sur le Net
Population actuelle :

sur ce site sur le Web

Get a Search Engine For Your Site

Ghost World
Film anglo-germano-americain de Terry Zwigoff (2002)
sortie nationale le 5 juin 2002

Genre : Drame
Durée
: 1h51

avec Thora Birch (Enid Coleslaw), Scarlett Johansson (Rebecca Doppelmeyer), Steve Buscemi (Seymour), Brad Renfro (Josh), Illeana Douglas (Roberta), Bob Balaban (Père de Enid), Stacey Travis (Dana), Charles C. Stevenson Jr. (Norman), Dave Sheridan (Doug), Tom McGowan (Joe), Debra Azar (Melorra)


Fiche Technique
Internet

« Ghost World » est l’adaptation de la bande dessinée éponyme de Daniel Clowes. Auteur indépendant et engagé du 9ème art, il crée en 1989 son propre magazine, « Heightball », avec lequel il projette sa vision d’une Amérique où l’argent et la course à la consommation ont depuis longtemps remplacé les valeurs humaines de la société du nouveau monde. Avec « Ghost World », dont le titre fait référence à un graffiti ornant une porte de garage de la banlieue de Chicago (sa ville natale), il choisit de nous dépeindre cette Amérique des fast-foods et du conformisme culturel à travers les yeux de deux adolescentes décalées et foncièrement cyniques. Trop « cool » pour se mélanger aux ringards de leur lycée, Enid et Rebecca, un peu façon « Daria » (la série animée) mais dans un registre plus « petites garces prétentieuses », trimballent leur ironie et leurs sarcasmes des cafétérias aux boutiques pseudo-branchées de leur quartier. Mais avec la fin de leur période lycéenne, ces éternelles spectatrices sont amenées à devenir les actrices de leur propre vie. Un tournant toujours difficile à négocier.

Après le succès de l’auto-pré-publication dans « Heightball », l’intégrale de « Ghost World » sort chez Fantagraphics Book en 1997 (et chez Vertige Graphic en 1999 pour sa version française) pour devenir une BD culte et susciter bientôt l’intérêt de l’industrie cinématographique. Mais l’auteur n’est pas prêt à abandonner sa création pour une poignée de dollars et préfère s’associer avec Terry Zwigoff (le réalisateur de « Crumb », un documentaire retraçant la vie et l’œuvre du créateur de « Fritz le Cat ») pour adapter son « monde fantôme » sur grand écran. Si, bien évidemment, le duo de scénaristes s’appuie sur les huit histoires contenues dans le roman graphique, il va creuser les personnages et  approfondir les situations, non sans avoir glissé des références personnelles à l’instar de Terry Zwigoff et de sa passion pour les vieux disques de Jazz, pour mettre en place le canevas d’un drame troublant sur l’adolescence. Pour ce faire, ils transposent l’action dans une ville californienne (donnant encore plus de sens au propos de Ghost World) et installent, en plus de Enid, de Rebecca et de Josh, des personnages absents ou juste évoqués dans le feuilleton dessiné.
Le film débute sur la remise des diplômes et la fin du lycée. Les deux filles, qui envisagent leur nouvelle existence sans contraintes scolaires et familiales, commencent à éplucher les petites annonces en recherche du premier boulot qui leur permettra de prendre un appartement en commun. Mais bientôt, leurs différences de caractère, de conception de l’existence et d’aspiration pour l’avenir vont venir perturber leur projet d’aménagement. Enid, pour préserver ses chances d’entrer à l’université, doit suivre des cours d’été d’expression artistique, permettant à Illeana Douglas (« Les affranchis », « Hypnose ») de camper un professeur new-age jubilatoire, et ses errances mélancoliques vont l’amener à se lier d’amitié avec Seymour (le toujours excellent Steve Buscemi, « Reservoir dogs », « Los Angeles 2013 »), un type de trois fois son âge qui, au contraire des ratés qu’elle fuit, revendique son statut de looser et de collectionneur d’antiques disques de Jazz.
Car, en plus de la qualité de son scénario et de la sobriété de sa mise en scène, « Ghost World » repose sur une interprétation d’un excellent niveau. Si Scarlett Johansson (« The Barber ») et Brad Renfro (« Un élève doué ») sont irréprochables dans leurs rôles respectifs de Rebecca et Josh, la palme revient à Thora Birch (« American Beauty », « The Hole », « Donjons et Dragons »). Absolument magnifique dans ce rôle d’Enid, adolescente mal dans sa peau de jeune fille juive un peu enveloppée qui ne rêve que d’ailleurs, elle porte littéralement le film sur les épaules de son personnage dans une prestation juste et bouleversante.

 

 

 

 

 

 

 

 

Si Daniel Clowes a supervisé le design du métrage de Zwigoff, contrairement à ce que l’on pourrait croire les dessins du carnet de croquis, que Enid ballade tout au long du film, ne sont pas de lui mais de Sophie Crumb, la fille de Robert, rencontrée par le réalisateur au cours du documentaire sur son père.
A l’opposé des deux Blockbusters cinéBD du mois, « Ghost World » s’avère comme une œuvre poignante et réaliste. Une comédie drôle et dramatique en tout point réussie (Prix du Jury, Prix d’interprétation pour Thora Birch au festival du cinéma américain de Deauville, une nomination aux oscars 2002 pour le meilleur scénario pour une adaptation) qui devrait enchanter critiques et amateurs de cinéma américain de qualité, et donner envie de découvrir les ouvrages de Daniel Clowes, dont les œuvres (« Caricature », « Comme un gant de velours pris dans la fonte », « Pussey! », « Ghost World ») commencent enfin à arriver chez nous.

NB : On peut également retrouver Daniel Clowes, depuis quelques semaines, dans les Inrockuptibles avec une BD intitulée « Daniel Boring ».
Daniel Clowes est également le réalisateur du Clip « I don’t want to grow up » des Ramones

 

Bruno Paul
(Mai 2002)
FICHE TECHNIQUE

Réalisation : Terry Zwigoff   
Scénario : Terry Zwigoff et Daniel Clowes d'après la bande dessinée de Daniel Clowes
 
Producteur(s) : Lianne Halfon, John Malkovich, Russell Smith
Producteur(s) exécutif(s) : Pippa Cross, Janette Day, Michael Shamberg
 
Musique originale : David Kitay et Skip James (chanson "Devil Got My Woman")
Musique additionnelle : Wayne Coster (chanson "A Tender Moment"), Joe Lervold (chanson "Mezzanine Dream"), Jaikishan Dayabhai Pankal, Shankarsinh Raghuwanshi 
Image : Affonso Beato   
Montage : Carole Kravetz, Michael R. Miller   
Distribution des rôles : Cassandra Kulukundis   
Création des décors : Edward T. McAvoy   
Direction artistique : Alan E. Muraoka   
Décorateur de plateau : Lisa Fischer   
Création des costumes : Mary Zophres   
Maquillages : James Ryder
Son :
Mark Weingarten 
Effets spéciaux : Ron Bolanowski, Michael Duenas
Effets visuels : Ziad Seirafi
 
Production : Advanced Medien, Capitol Films, Granada Film Productions, Jersey Shore, Mr. Mudd, United Artists
Distribution : Mars Distribution

 

INTERNET

http://www.bacfilms.com/site/ghostworld

EUROBD.com
LE WEBRING DE LA BANDE DESSINÉE!
Précédent - Suivant - Liste des Sites - Inscription