L'actualité de la Bande Dessinée sur le Net
Population actuelle :

sur ce site sur le Web

Get a Search Engine For Your Site

Le voyage de Chihiro
Film japonais de Hayao Miyazaki (2001)
sortie nationale le 10 avril 2002

Genre : Fable fantastique
Durée
: 2h02

avec les voix de Rumi Hiragi (Chihiro), Miyu Irino (Haku), Takeshi Naitou (Le père de Chihiro), Yasuko Sawaguchi (a mère de Chihiro), Tatsuya Gashuin (Aogaeru), Koba Hayashi (Kawa no Kami), Tsunehiko Kamijô (Chichiyaku), Ryunosuke Kamiki (Bo), Mari Natsuki (Yubaba), Yo Oizumi (Bandai-gaeru), Takehiko Ono (Aniyaku), Bunta Sugawara (Kamajii), Yumi Tamai (Rin)


Fiche Technique
Internet
En cherchant le chemin conduisant à leur toute nouvelle demeure, un couple et leur petite fille, Chihiro, découvrent l’entrée d’un étrange tunnel en pierre perdu au fond des bois. Curieux, le père décide d’aller y faire un tour, histoire de tuer le temps en attendant le camion des déménageurs. Leur expédition les mène dans une vaste clairière entourant un petit village du style de ceux des anciens parcs d’attractions des années 70. L’endroit s’avère totalement déserté à l’exception d’un restaurant, qui malgré une absence de personnel, regorge de victuailles plus appétissantes les unes que les autres. Horrifiée par la conduite de ses parents, qui se servent et commencent à manger sans avoir demandé la permission, Chihiro part explorer les ruelles de ce parc fantôme. Lorsque soudain, elle aperçoit un garçon (Haku) un peu plus vieux qu’elle, qui se précipite à sa rencontre et l’exhorte à quitter l’endroit avant que la nuit tombe.
Mais c’est déjà trop tard. L’obscurité enveloppe déjà les lieux et d’étranges silhouettes fantomatiques commencent à émerger du néant. Comme si l’endroit échappait à la réalité, le décor se métamorphose et une large population de créatures surnaturelles envahit peu à peu les ruelles et les échoppes du village. Effrayée, Chihiro se précipite au restaurant où elle a laissé ses parents quelques heures plus tôt et les retrouve tous deux transformés en vulgaires cochons. Haku, revenu à son secours, lui explique que ce qu’elle pensait être un parc désaffecté est en fait un centre de thalassothérapie régenté par Yubada, une terrible sorcière, et fréquenté par de nombreuses divinités qui ne supportent en aucun cas la présence d‘êtres humains. Commence alors une extraordinaire aventure, dans laquelle Chihiro, forcée de se plier aux règles de ce monde magique, va devoir entrer au service de Yubada, au risque d’en oublier son identité, pour espérer s’en sortir et sauver ses parents.

 

 

 

 

 

 

 
 
Formidable, envoûtant, poétique, beau et drôle sont les adjectifs qui qualifient ce nouveau chef d’œuvre de l’animation japonaise signé Hayao Miyazaki. Destiné au jeune public, et plus particulièrement aux fillettes japonaises, « Le voyage de Chihiro », sorte d’Alice au pays des merveilles à la sauce nippone, s’affirme comme un formidable plongeon au cœur du monde imaginaire de nos rêves et de nos cauchemars d’enfant.
Fidèle à sa tradition du tout dessiné, Hayao Miyazaki brosse un tableau fascinant et onirique prenant ses sources dans l’inconscient collectif japonais. Créatures fantastiques, fantômes sans visage inspirés du Kabuki, dragons, divinités étranges, oiseaux de papiers, et autres éléments typiques de la culture japonaises sont au programme de cet hymne à l’imagination et à l’émerveillement. Les personnages, mais c’est une habitude avec Hayao Miyazaki, sont attachants et les situations nous renvoient aux autres créations de l’auteur comme « Porco Rosso » et « Mon voisin Totoro ».
Multipliant les trouvailles graphiques, Miyazaki parvient sans cesse à faire rebondir la narration, emportant le spectateur au-delà de tout réalisme, pour le noyer sous un torrent d’émotions et d’humour, en un moment de pur ravissement. Du grand Art, surtout lorsque que Miyazaki explique que ce délicieux récit fantastique n’est rien d’autre qu’une métaphore du célèbre et puissant studio d’animation Ghibli : la méchante et mercantile sorcière Yubada incarnant une version, un rien fantasmée, de Toshio Suzuki, dirigeant d’une main de fer les productions Ghibli, tandis que les clients de l‘établissement de bains, ces dieux étranges, capricieux et tyranniques, ne sont que la représentation de Miyazaki et de ses collègues : les créateurs omnipotents du studio.

Couronné à Berlin, « Le voyage de Chihiro », première animation à avoir remporté l’Ours d’or, est en tout point une réussite grandiose, un nouveau chef d’œuvre à mettre au crédit de la japanimation, une merveille visuelle et narrative à découvrir au plus vite.

 

 

 

 

 

 

 

Bruno Paul
(Avril 2002)
FICHE TECHNIQUE

Titre original Sen to Chihiro no kamikakushi  

Réalisation
: Hayao Miyazaki
Scénario
: Hayao Miyazaki
Producteur(s) : Toshio Suzuki
Producteur(s) exécutif(s)
: Yasuyoshi Tokuma 
Musique originale : Jô Hisaishi
Direction artistique : Youji Takeshige
Direction de l’animation : Masashi Ando

Production
: Dentsu, Mitsubishi Commercial Affairs, NTV, Studio Ghibli, Tokuma Shoten, Touhoku Shinsha, Walt Disney Pictures
Distribution : Gaumont Buena Vista International (GBVI)

 

INTERNET

http://www.chihiro.msn.fr/

EUROBD.com
LE WEBRING DE LA BANDE DESSINÉE!
Précédent - Suivant - Liste des Sites - Inscription